Bandeau
Éducation à la Défense et à la Sécurité nationale
Site non officiel
Descriptif du site
Opération Herbstnebel (1944)
Article mis en ligne le 21 novembre 2017
dernière modification le 20 décembre 2017

par Nghia NGUYEN

Waffen SS de la Leibstandarte à proximité d’un M8 Light Armored Car capturé

 

Le samedi 16 décembre 1944 à 5.30 du matin un violent bombardement d’artillerie s’abat sur le front Ouest, dans le secteur de la Meuse. À 8.00 de puissantes colonnes blindées allemandes, concentrées depuis plusieurs jours sous les couverts forestiers ardennais, surgissent et enfoncent en quelques heures les lignes alliées. C’est le début de la grande contre-offensive à l’Ouest voulue par Adolf HITLER (1889-1945), qui entre dans l’Histoire sous le nom de « bataille des Ardennes », nom de code « Herbstnebel » (« Brouillards d’automne »).

Cette offensive considérée comme le dernier sursaut allemand à l’Ouest intervient après plusieurs mois de retraite ininterrompue pour la Wehrmacht. La destruction des deux tiers de l’armée allemande engagée en Normandie (poche de Falaise en août 1944) amène rapidement Américains et Britanniques aux frontières du Reich. Par un effet inverse, cependant, les lignes logistiques alliées se sont considérablement allongées alors que celles des Allemands se sont raccourcies, ce qui permet une réorganisation plus rapide de leur système défensif.

L’opération Market Garden (17/25 septembre 1944), trop ambitieuse, est un échec. La bataille d’Arnhem marque un coup d’arrêt au nord, et empêche les alliés d’abréger le cours de la guerre par une invasion de la Ruhr. En dépit de l’admirable planification logistique américaine (1), les armées alliées sont donc obligées de marquer une pause à l’automne, et le port belge d’Anvers devient désormais le grand hub logistique du front Ouest.

 

  • Les chars Panther (cf. supra Panther Ausf. G) et Tigre II (cf. infra Königstiger Ausf. B) ont constitué l’ossature des forces blindées allemandes durant la bataille. Dernier grand char de combat opérationnel produit par les Allemands durant la guerre, le Tigre 2 (Königstiger) fut produit en moins de 500 exemplaires. Remarquablement bien protégé et armé (un canon KwK 43 L/71 de 88 mm), il était cependant excessivement lourd (76 tonnes) ce qui lui interdisait certaines routes et le passage de certains ponts. Les Tigre 2 constituèrent le fer de lance du Kampfgruppe Peiper.

Leibstandarte Marsch

 

C’est justement cet objectif que HITLER cherche à atteindre en lançant l’opération Herbstnebel. En reprenant Anvers, l’armée allemande paralyserait l’offensive des alliés occidentaux et les contiendrait un certain temps à la frontière du Rhin. Cet objectif stratégique comporterait également un objectif politique : la reprise d’Anvers serait, selon HITLER, de nature à ébranler la confiance des Américains et des Britanniques sur la poursuite de la guerre, et les mettrait en situation d’accepter une paix séparée. Si cette hypothèse échouait, le coup de boutoir de l’opération Herbstnebel procurerait quoi qu’il en soit un répit à l’Ouest, ce qui permettrait d’endiguer la prochaine offensive soviétique attendue pour le mois de janvier 1945. D’emblée, les objectifs du Führer sont très ambitieux, et ils suscitent au sein même de son état-major des objections. Le Generalfeldmarschall Walter MODEL (1891-1945), commandant le Groupe d’Armée B, pourtant nazi inconditionnel, préconise une limitation des objectifs au saillant d’Aix-la-Chapelle et à la capture de la grande base logistique de Liège, ce que HITLER refuse.

La contre-offensive est donc lancée à l’aube du 16 décembre 1944 sur un front de 120 km du nord au sud et par un temps bouché qui empêche à la fois les reconnaissances et les frappes de l’aviation alliée. Elle est placée sous le commandement conjoint des Generalfeldmarschall Gerd von RUNDSTEDT (1875-1953) et Walter MODEL. Sous les ordres de ce dernier, une vingtaine de divisions allemandes réparties en trois armées frappe des unités alliées - essentiellement la Ire Armée américaine - au repos et qui ne s’attendaient pas à une attaque de cette ampleur à la veille de Noël.

 

  • Panzergrenadier progressant dans la forêt ardennaise. Pour la dernière contre-offensive sur le front occidental, le fusil d’assaut modèle 1944, Sturmgewehr 44 (produit à 500 000 exemplaires), équipe désormais en grand nombre les unités d’infanterie allemandes. Précis et efficace, bénéficiant d’une cadence de tir rapide et doté de chargeurs de 30 coups, le Sturmgewehr 44 utilisait une cartouche courte de 7,92 x 33 mm. Conçu avec un sélecteur de tir, il pouvait tirer en rafale ou au coup par coup, combinant à la fois l’utilisation tactique du pistolet-mitrailleur (MP 40) et du fusil (Mauser 98K) nonobstant un chargeur encombrant pour le tir en position allongé. Il est ainsi considéré comme le premier fusil d’assaut de l’Histoire. Mikhaïl KALACHNIKOV (1919-2013) s’en inspira directement pour concevoir le célèbre AK-47.

 

Tout au nord se trouve le fer de lance de la contre-offensive allemande : la 6e Panzerarmee commandée par le SS-Oberstgruppenführer (2) Josef DIETRICH (1892-1966). C’est à DIETRICH que revient la mission principale : franchir la Meuse, s’emparer de Bruxelles et, au-delà, d’Anvers. Pour cela il dispose de 9 divisions dont 4 blindées parmi lesquelles la redoutable 1re SS-Panzerdivision Leibstandarte Adolf Hitler (3). C’est autour de cette division, équipée de blindés Tigre 2 et Panther, que va s’articuler la force principale commandée par le SS-Sturmbannführer (4) Joachim PEIPER (1915-1976). Au centre se trouve la 5e Panzerarmee du Général Hasso von MANTEUFFEL (1897-1978) dont la mission est de protéger le flanc gauche de l’offensive principale en contrôlant les noeuds routiers de Saint-Vith et de Bastogne avant de pousser au-delà de la Meuse. Pour finir, la 7e Armée du Général Erich BRANDENBERGER (1892-1955), avec 11 divisions, reçoit pour mission de protéger les deux autres Panzerarmee au nord d’une ligne Luxembourg/Arlon.

Deux autres opérations soutiennent l’assaut de la 6e Panzerarmee. L’opération Stösser largue un millier de parachutistes commandés par le Colonel Friedrich August von der HEYDTE (1907-1994) dont la mission est de s’emparer de points névralgiques (carrefours routiers et ponts) devant faciliter la progression de la colonne PEIPER. L’opération Greif, menée par le SS-Obersturmbannführer (5) Otto SKORZENY (1908-1975), devait aussi s’emparer de ponts importants tout en désorganisant les arrières alliés. Pour cela, les SS de SKORZENY portaient des uniformes américains.

 

  • Insigne de la 101e Division aéroportée américaine. Commandée par le Général Anthony McAULIFFE, cette division – qui existe toujours - gagna un de ses plus grands titres de gloire avec le siège de Bastogne. Sa résistance jusqu’à l’arrivée de la 3e Armée du Général George PATTON a freiné de manière décisive l’offensive de la 5e Panzerarmee de MANTEUFFEL.

Sous-officier de la 10e division blindée US (Bastogne, décembre 1944)

 

D’emblée, les forces allemandes opérèrent un choc qui surprit les Américains, et causa un début de panique y compris dans les populations qui crurent à un retour en force des Allemands. Dans les premiers jours de la contre-offensive, le mauvais temps protégea les chars et l’infanterie allemande de l’aviation alliée, et les 6e et 5e Panzerarmee s’enfonçèrent profondément dans le dispositif adverse. Dans certains secteurs, les Américains se battirent à 1 contre 6 et lâchèrent pied. Cependant, passé l’effet de surprise, le durcissement de la résistance - notamment les combats héroïques des fantassins et parachutistes américains à Saint-Vith et Bastogne (6) - ralentirent considérablement l’offensive allemande dont la pénurie de carburant se fit sentir, et se conjugua avec le renforcement rapide des alliés. Le retour d’éclaircies météorologiques favorisa également celui de l’aviation alliée au-dessus du champ de bataille.

À Noël, le Kampfgruppe PEIPER était définitivement arrêté à La Gleize (commune de Stoumont) bien en-deçà de la ville de Liège. Encerclé, il est quasiment anéanti. Tous les blindés sont perdus, dont certains faute de carburant et non au combat. L’épine dorsale de la 6e Panzerarmee est brisée et l’initiative a désormais changé de camp. Si les combats se poursuivent jusqu’à la fin du mois de janvier, les Allemands dorénavant ne mènent plus que des actions défensives. La bataille des Ardennes, conçue comme un véritable « coup de poker », fut la dernière offensive de la Wehrmacht sur le front Ouest. Elle épuisa définitivement les meilleures unités allemandes, qui perdirent des hommes et un matériel blindé irremplaçables à la veille d’une autre grande bataille : l’offensive Vistule-Oder (7).

  1. Avec l’effondrement de la résistance allemande en Normandie (fin août 1944), l’avancée des troupes alliées est particulièrement rapide. Afin de permettre un rythme de progression élevé - qui empêcherait les Allemands de rétablir une ligne de défense -, les Américains mettent en place une véritable autoroute logistique ravitaillant nuit et jour les forces alliées : le Red Ball Express. Gigantesque système de convoyage à sens unique où les convois allers ne croisaient pas les convois retours (qui revenaient par une autre route), le Red Ball Express fonctionna jusqu’en novembre 1944, date à laquelle le port d’Anvers fut mis en service.
  2. Grade SS équivalent à celui de Generaloberst (général d’Armée) dans la Werhmacht.
  3. Garde du corps SS d’Adolf HITLER à l’origine, la Leibstandarte était considérée comme une unité d’élite au sein même de la Waffen SS. Plusieurs fois « saignée » sur le Front Est et en Normandie - où elle fournit une grand partie de son encadrement à la 12e SS Panzerdivision Hitlerjugend -, elle constitue l’épine dorsale de l’opération Herbstnebel avant de participer à une dernière offensive en Hongrie sur les bords du Lac Balaton.
  4. Grade SS équivalent à celui de Major (commandant) dans la Wehrmacht.
  5. Grade SS équivalent à celui de Oberstleutnant (lieutenant-colonel) dans la Wehrmacht.
  6. Notamment le rôle joué par les parachutistes de la 101e Airborne division (« Screaming eagles ») qui affrontèrent seuls la 5e Panzerarmee et empêchèrent Bastogne de tomber.
  7. L’opération Vistule-Oder est déclenchée le 12 janvier 1945. Offensive géante engageant plus de 2 000 000 de combattants soviétiques, elle amène l’Armée rouge à 70 km de Berlin en février.

__________

Bibliographie

  • BEEVOR (Antony), Ardennes 1944. Le va-tout de Hitler, Calmann-Lévy, 2015, 568 p.
  • GUILLEMOT (Philippe), Bataille des Ardennes. Échec à la dernière Blitzkrieg, 2 tomes, Histoire & Collections, 2015.
  • PIKETTY (Guillaume), La bataille des Ardennes 16 décembre 1944-31 janvier 1945, Tallandier, 2015, 240 p.

 

C’est dans un écrin de verdure, en bout de piste de l’aéroport de Luxembourg ville, que se situe le cimetière militaire américain de Hamm (Val du Scheid). On y trouvera la tombe du Général George S. PATTON (1885-1945) au milieu de 5076 soldats de la IIIe Armée US

 

The Army goes rolling along (US Army march)

 


En passant par l’Histoire

Sites favoris



IHEDN


Garde nationale


Réserve citoyenne


CAJ


CAJ


Fondation pour l'École


Espérance banlieues

Espérance ruralités

Cap Jeunesse


pucePlan du site puceContact puce

RSS

2016-2019 © Éducation à la Défense et à la Sécurité nationale - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.60