Bandeau
Éducation à la Défense et à la Sécurité nationale
Site non officiel
Descriptif du site
Les Rencontres de la Sécurité 2017
Article mis en ligne le 15 octobre 2017
dernière modification le 30 mars 2018

par Nghia NGUYEN

D’abord initiées sous l’appellation de « Journées de la Sécurité Intérieure », les « Rencontres de la Sécurité » constituent une initiative du Ministère de l’Intérieur (MININT) destinée à faire connaître et à rapprocher les Forces de Sécurité Intérieure (FSI) de la population. Manifestation publique annuelle, ces rencontres se déroulent au mois d’octobre, et sont confiées pour leur organisation à chaque préfecture de département.

Pour l’année 2017, les Rencontres de la Sécurité se sont déroulées du 11 au 14 octobre, s’achevant au moment où débutaient les assises de la Réserve militaire (JNR 2017) le 13 octobre. Cette coïncidence n’est pas un hasard : le 13 octobre 2017 marquant le premier anniversaire de la Garde nationale. Instituée dans un contexte d’attentats terroristes de grande ampleur, cette dernière a pour vocation de rassembler les réserves opérationnelles des armées et des FSI.

Il n’était donc pas étonnant de retrouver, ce samedi 14 octobre sur la place du Champ de Mars d’Angoulême, bénévoles de la sécurité civile, sapeurs pompiers, policiers nationaux et municipaux, agents de l’administration pénitentiaire, association d’aide aux victimes, gendarmes du PSIG, mais également les réservistes opérationnels du 515e Régiment du Train (515e RT) ainsi que des réservistes citoyens de la Délégation Militaire Départementale (DMD). Clou de la manifestation : la présence de l’Armée de l’Air avec le cockpit d’un SEPECAT Jaguar amené de la BA 709 de Cognac-Châteaubernard, qui a rencontré un franc succès auprès des plus jeunes.

Le regroupement, le temps d’une après-midi, de cette grande diversité d’acteurs de la sûreté et de la sécurité au quotidien permettait au grand public de se faire une idée des enjeux sécuritaires actuels : scènes d’interpellation, interventions de chiens policiers et de la sécurité civile, reconstitution d’une scène de crime par la police scientifique, désincarcération d’un véhicule accidenté, présentation de nombreux matériels allant d’un drone utilisé par les pompiers à un camion citerne Scania de l’Armée de Terre…

Les échanges directs avec ces acteurs de terrain n’étaient pas non plus inintéressants. Ainsi, au-delà de la présentation d’un « lot effraction », un gendarme du PSIG reconnait que de nos jours la moindre intervention nécessite une protection balistique élevée, indice de l’augmentation des armes à feu au sein de la population et d’une élévation du niveau de violence. Quant aux policiers municipaux d’Angoulême, désormais armés, ils ne sont que 21 dans une ville de plus de 42 000 habitants où les affaires liées à la drogue ne cessent d’augmenter…

Par leur présence, les militaires et plus particulièrement les réservistes opérationnels du 6e escadron du 515e RT ont rappelé à leurs concitoyens l’omniprésence de la menace terroriste ; combien l’Armée était désormais impliquée dans la sécurité intérieure du pays. Il n’est ainsi pas inutile de rappeler que ce sont des militaires réservistes qui ont abattu Zied BEN BELGALCEM à Orly le 18 mars 2017, et Ahmed HANACHI à Marseille le 1er octobre 2017.

Aux côtés de leurs camarades de la réserve opérationnelle, le Lieutenant-colonel (H) Nghia NGUYEN, le Commandant (H) Patrick LANDONSKI, le Lieutenant (H) Jean RENIER, le Lieutenant (H) Rodolphe BERNARD et l’Adjudant-chef (H) Laure BOURGADE, réservistes citoyens, étaient également présents pour témoigner au public, comme aux journalistes, de l’Esprit de défense qui animait ces Rencontres de la Sécurité.

 

 

Scène de crime

Porteur polyvalent logistique du 515e RT (source - Préfecture de la Charente)

Interpellation (source - Préfecture de la Charente)

Le Préfet Pierre N’GAHANE (source - Préfecture de la Charente)

Réservistes citoyens et opérationnels

 

D’abord initiées sous l’appellation de « Journées de la Sécurité Intérieure », les « Rencontres de la Sécurité » constituent une initiative du Ministère de l’Intérieur (MININT) destinée à faire connaître et à rapprocher les Forces de Sécurité Intérieure (FSI) de la population. Manifestation publique annuelle, ces rencontres se déroulent au mois d’octobre, et sont confiées pour leur organisation à chaque préfecture de département.

Pour l’année 2017, les Rencontres de la Sécurité se sont déroulées du 11 au 14 octobre, s’achevant au moment où débutaient les [assises de la Réserve militaire (JNR 2017)->http://www.education-defense.fr/spip.php?article285] le 13 octobre. Cette coïncidence n’est pas un hasard : le 13 octobre 2017 marquant le premier anniversaire de la Garde nationale. Instituée dans un contexte d’attentats terroristes de grande ampleur, cette dernière a pour vocation de rassembler les réserves opérationnelles des armées et des FSI.

Il n’était donc pas étonnant de retrouver, ce samedi 14 octobre sur la place du Champ de Mars d’Angoulême, bénévoles de la sécurité civile, sapeurs pompiers, policiers nationaux et municipaux, agents de l’administration pénitentiaire, association d’aide aux victimes, gendarmes du PSIG, mais également les réservistes opérationnels du 515e Régiment du Train (515e RT) ainsi que des réservistes citoyens de la Délégation Militaire Départementale (DMD). Clou de la manifestation : la présence de l’Armée de l’Air avec le cockpit d’un SEPECAT Jaguar amené de la BA 709 de Cognac-Châteaubernard, et qui a rencontré un franc succès auprès des plus jeunes.

Le regroupement, le temps d’une après-midi, de cette grande diversité d’acteurs de la sécurité au quotidien permettait au grand public de se faire une idée des enjeux sécuritaires actuels : scènes d’interpellation, interventions de chiens policiers et de la sécurité civile, reconstitution d’une scène de crime par la police scientifique, désincarcération d’un véhicule accidenté, présentation de nombreux matériels allant d’un drone utilisé par les pompiers à un camion citerne Scania de l’Armée de Terre…

Les échanges directs avec ces acteurs de terrain n’étaient pas non plus inintéressants. Ainsi, au-delà de la présentation d’un « lot effraction », un gendarme du PSIG reconnait que de nos jours la moindre intervention nécessite une protection balistique élevée, indice de l’augmentation des armes à feu au sein de la population et d’une élévation du niveau de violence. Quant aux policiers municipaux d’Angoulême, désormais armés, ils ne sont que 21 dans une ville de plus de 42 000 habitants où les affaires liées à la drogue ne cessent d’augmenter…

Par leur présence, les militaires et plus particulièrement les réservistes opérationnels du 6e escadron du 515e RT ont rappelé à leurs concitoyens l’omniprésence de la menace terroriste ; combien l’Armée était désormais impliquée dans la sécurité intérieure du pays. Il n’est ainsi pas inutile de rappeler que ce sont des militaires réservistes qui ont abattu Zied BEN BELGALCEM à Orly le 18 mars 2017, et Ahmed HANACHI à Marseille le 1er octobre 2017.

Aux côtés de leurs camarades de la réserve opérationnelle, Laure BOURGADE, Patrick LANDONSKI, Jean RENIER, Rodolphe BERNARD et Nghia NGUYEN, réservistes citoyens, étaient également présents pour expliquer au public, comme aux journalistes, l’Esprit de défense qui animait ces Rencontres de la Sécurité.

 

 

Scène de crime

Porteur polyvalent logistique du 515e RT (source - Préfecture de la Charente)

Interpellation (source - Préfecture de la Charente)

Le Préfet Pierre N’GAHANE (source - Préfecture de la Charente)

Réservistes citoyens et opérationnels

 

D’abord initiées sous l’appellation de « Journées de la Sécurité Intérieure », les « Rencontres de la Sécurité » constituent une initiative du Ministère de l’Intérieur (MININT) destinée à faire connaître et à rapprocher les Forces de Sécurité Intérieure (FSI) de la population. Manifestation publique annuelle, ces rencontres se déroulent au mois d’octobre, et sont confiées pour leur organisation à chaque préfecture de département.

Pour l’année 2017, les Rencontres de la Sécurité se sont déroulées du 11 au 14 octobre, s’achevant au moment où débutaient les [assises de la Réserve militaire (JNR 2017)->http://www.education-defense.fr/spip.php?article285] le 13 octobre. Cette coïncidence n’est pas un hasard : le 13 octobre 2017 marquant le premier anniversaire de la Garde nationale. Instituée dans un contexte d’attentats terroristes de grande ampleur, cette dernière a pour vocation de rassembler les réserves opérationnelles des armées et des FSI.

Il n’était donc pas étonnant de retrouver, ce samedi 14 octobre sur la place du Champ de Mars d’Angoulême, bénévoles de la sécurité civile, sapeurs pompiers, policiers nationaux et municipaux, agents de l’administration pénitentiaire, association d’aide aux victimes, gendarmes du PSIG, mais également les réservistes opérationnels du 515e Régiment du Train (515e RT) ainsi que des réservistes citoyens de la Délégation Militaire Départementale (DMD). Clou de la manifestation : la présence de l’Armée de l’Air avec le cockpit d’un SEPECAT Jaguar amené de la BA 709 de Cognac-Châteaubernard, et qui a rencontré un franc succès auprès des plus jeunes.

Le regroupement, le temps d’une après-midi, de cette grande diversité d’acteurs de la sécurité au quotidien permettait au grand public de se faire une idée des enjeux sécuritaires actuels : scènes d’interpellation, interventions de chiens policiers et de la sécurité civile, reconstitution d’une scène de crime par la police scientifique, désincarcération d’un véhicule accidenté, présentation de nombreux matériels allant d’un drone utilisé par les pompiers à un camion citerne Scania de l’Armée de Terre…

Les échanges directs avec ces acteurs de terrain n’étaient pas non plus inintéressants. Ainsi, au-delà de la présentation d’un « lot effraction », un gendarme du PSIG reconnait que de nos jours la moindre intervention nécessite une protection balistique élevée, indice de l’augmentation des armes à feu au sein de la population et d’une élévation du niveau de violence. Quant aux policiers municipaux d’Angoulême, désormais armés, ils ne sont que 21 dans une ville de plus de 42 000 habitants où les affaires liées à la drogue ne cessent d’augmenter…

Par leur présence, les militaires et plus particulièrement les réservistes opérationnels du 6e escadron du 515e RT ont rappelé à leurs concitoyens l’omniprésence de la menace terroriste ; combien l’Armée était désormais impliquée dans la sécurité intérieure du pays. Il n’est ainsi pas inutile de rappeler que ce sont des militaires réservistes qui ont abattu Zied BEN BELGALCEM à Orly le 18 mars 2017, et Ahmed HANACHI à Marseille le 1er octobre 2017.

Aux côtés de leurs camarades de la réserve opérationnelle, Laure BOURGADE, le Commandant (H) Patrick LANDONSKI, le LJean RENIER, Rodolphe BERNARD et Nghia NGUYEN, réservistes citoyens, étaient également présents pour expliquer au public, comme aux journalistes, l’Esprit de défense qui animait ces Rencontres de la Sécurité.

 

 

Scène de crime

Porteur polyvalent logistique du 515e RT (source - Préfecture de la Charente)

Interpellation (source - Préfecture de la Charente)

Le Préfet Pierre N’GAHANE (source - Préfecture de la Charente)

Réservistes citoyens et opérationnels

 

D’abord initiées sous l’appellation de « Journées de la Sécurité Intérieure », les « Rencontres de la Sécurité » constituent une initiative du Ministère de l’Intérieur (MININT) destinée à faire connaître et à rapprocher les Forces de Sécurité Intérieure (FSI) de la population. Manifestation publique annuelle, ces rencontres se déroulent au mois d’octobre, et sont confiées pour leur organisation à chaque préfecture de département.

Pour l’année 2017, les Rencontres de la Sécurité se sont déroulées du 11 au 14 octobre, s’achevant au moment où débutaient les [assises de la Réserve militaire (JNR 2017)->http://www.education-defense.fr/spip.php?article285] le 13 octobre. Cette coïncidence n’est pas un hasard : le 13 octobre 2017 marquant le premier anniversaire de la Garde nationale. Instituée dans un contexte d’attentats terroristes de grande ampleur, cette dernière a pour vocation de rassembler les réserves opérationnelles des armées et des FSI.

Il n’était donc pas étonnant de retrouver, ce samedi 14 octobre sur la place du Champ de Mars d’Angoulême, bénévoles de la sécurité civile, sapeurs pompiers, policiers nationaux et municipaux, agents de l’administration pénitentiaire, association d’aide aux victimes, gendarmes du PSIG, mais également les réservistes opérationnels du 515e Régiment du Train (515e RT) ainsi que des réservistes citoyens de la Délégation Militaire Départementale (DMD). Clou de la manifestation : la présence de l’Armée de l’Air avec le cockpit d’un SEPECAT Jaguar amené de la BA 709 de Cognac-Châteaubernard, et qui a rencontré un franc succès auprès des plus jeunes.

Le regroupement, le temps d’une après-midi, de cette grande diversité d’acteurs de la sécurité au quotidien permettait au grand public de se faire une idée des enjeux sécuritaires actuels : scènes d’interpellation, interventions de chiens policiers et de la sécurité civile, reconstitution d’une scène de crime par la police scientifique, désincarcération d’un véhicule accidenté, présentation de nombreux matériels allant d’un drone utilisé par les pompiers à un camion citerne Scania de l’Armée de Terre…

Les échanges directs avec ces acteurs de terrain n’étaient pas non plus inintéressants. Ainsi, au-delà de la présentation d’un « lot effraction », un gendarme du PSIG reconnait que de nos jours la moindre intervention nécessite une protection balistique élevée, indice de l’augmentation des armes à feu au sein de la population et d’une élévation du niveau de violence. Quant aux policiers municipaux d’Angoulême, désormais armés, ils ne sont que 21 dans une ville de plus de 42 000 habitants où les affaires liées à la drogue ne cessent d’augmenter…

Par leur présence, les militaires et plus particulièrement les réservistes opérationnels du 6e escadron du 515e RT ont rappelé à leurs concitoyens l’omniprésence de la menace terroriste ; combien l’Armée était désormais impliquée dans la sécurité intérieure du pays. Il n’est ainsi pas inutile de rappeler que ce sont des militaires réservistes qui ont abattu Zied BEN BELGALCEM à Orly le 18 mars 2017, et Ahmed HANACHI à Marseille le 1er octobre 2017.

Aux côtés de leurs camarades de la réserve opérationnelle, Laure BOURGADE, Patrick LANDONSKI, Jean RENIER, Rodolphe BERNARD et Nghia NGUYEN, réservistes citoyens, étaient également présents pour expliquer au public, comme aux journalistes, l’Esprit de défense qui animait ces Rencontres de la Sécurité.

 

 

Scène de crime

Porteur polyvalent logistique du 515e RT (source - Préfecture de la Charente)

Interpellation (source - Préfecture de la Charente)

Le Préfet Pierre N’GAHANE (source - Préfecture de la Charente)

Réservistes citoyens et opérationnels

 

D’abord initiées sous l’appellation de « Journées de la Sécurité Intérieure », les « Rencontres de la Sécurité » constituent une initiative du Ministère de l’Intérieur (MININT) destinée à faire connaître et à rapprocher les Forces de Sécurité Intérieure (FSI) de la population. Manifestation publique annuelle, ces rencontres se déroulent au mois d’octobre, et sont confiées pour leur organisation à chaque préfecture de département.

Pour l’année 2017, les Rencontres de la Sécurité se sont déroulées du 11 au 14 octobre, s’achevant au moment où débutaient les [assises de la Réserve militaire (JNR 2017)->http://www.education-defense.fr/spip.php?article285] le 13 octobre. Cette coïncidence n’est pas un hasard : le 13 octobre 2017 marquant le premier anniversaire de la Garde nationale. Instituée dans un contexte d’attentats terroristes de grande ampleur, cette dernière a pour vocation de rassembler les réserves opérationnelles des armées et des FSI.

Il n’était donc pas étonnant de retrouver, ce samedi 14 octobre sur la place du Champ de Mars d’Angoulême, bénévoles de la sécurité civile, sapeurs pompiers, policiers nationaux et municipaux, agents de l’administration pénitentiaire, association d’aide aux victimes, gendarmes du PSIG, mais également les réservistes opérationnels du 515e Régiment du Train (515e RT) ainsi que des réservistes citoyens de la Délégation Militaire Départementale (DMD). Clou de la manifestation : la présence de l’Armée de l’Air avec le cockpit d’un SEPECAT Jaguar amené de la BA 709 de Cognac-Châteaubernard, et qui a rencontré un franc succès auprès des plus jeunes.

Le regroupement, le temps d’une après-midi, de cette grande diversité d’acteurs de la sécurité au quotidien permettait au grand public de se faire une idée des enjeux sécuritaires actuels : scènes d’interpellation, interventions de chiens policiers et de la sécurité civile, reconstitution d’une scène de crime par la police scientifique, désincarcération d’un véhicule accidenté, présentation de nombreux matériels allant d’un drone utilisé par les pompiers à un camion citerne Scania de l’Armée de Terre…

Les échanges directs avec ces acteurs de terrain n’étaient pas non plus inintéressants. Ainsi, au-delà de la présentation d’un « lot effraction », un gendarme du PSIG reconnait que de nos jours la moindre intervention nécessite une protection balistique élevée, indice de l’augmentation des armes à feu au sein de la population et d’une élévation du niveau de violence. Quant aux policiers municipaux d’Angoulême, désormais armés, ils ne sont que 21 dans une ville de plus de 42 000 habitants où les affaires liées à la drogue ne cessent d’augmenter…

Par leur présence, les militaires et plus particulièrement les réservistes opérationnels du 6e escadron du 515e RT ont rappelé à leurs concitoyens l’omniprésence de la menace terroriste ; combien l’Armée était désormais impliquée dans la sécurité intérieure du pays. Il n’est ainsi pas inutile de rappeler que ce sont des militaires réservistes qui ont abattu Zied BEN BELGALCEM à Orly le 18 mars 2017, et Ahmed HANACHI à Marseille le 1er octobre 2017.

Aux côtés de leurs camarades de la réserve opérationnelle, Laure BOURGADE, le Commandant (H) Patrick LANDONSKI, le LiJean RENIER, Rodolphe BERNARD et Nghia NGUYEN, réservistes citoyens, étaient également présents pour expliquer au public, comme aux journalistes, l’Esprit de défense qui animait ces Rencontres de la Sécurité.

 

 

Scène de crime

Porteur polyvalent logistique du 515e RT (source - Préfecture de la Charente)

Interpellation (source - Préfecture de la Charente)

Le Préfet Pierre N’GAHANE (source - Préfecture de la Charente)

Réservistes citoyens et opérationnels

 

D’abord initiées sous l’appellation de « Journées de la Sécurité Intérieure », les « Rencontres de la Sécurité » constituent une initiative du Ministère de l’Intérieur (MININT) destinée à faire connaître et à rapprocher les Forces de Sécurité Intérieure (FSI) de la population. Manifestation publique annuelle, ces rencontres se déroulent au mois d’octobre, et sont confiées pour leur organisation à chaque préfecture de département.

Pour l’année 2017, les Rencontres de la Sécurité se sont déroulées du 11 au 14 octobre, s’achevant au moment où débutaient les [assises de la Réserve militaire (JNR 2017)->http://www.education-defense.fr/spip.php?article285] le 13 octobre. Cette coïncidence n’est pas un hasard : le 13 octobre 2017 marquant le premier anniversaire de la Garde nationale. Instituée dans un contexte d’attentats terroristes de grande ampleur, cette dernière a pour vocation de rassembler les réserves opérationnelles des armées et des FSI.

Il n’était donc pas étonnant de retrouver, ce samedi 14 octobre sur la place du Champ de Mars d’Angoulême, bénévoles de la sécurité civile, sapeurs pompiers, policiers nationaux et municipaux, agents de l’administration pénitentiaire, association d’aide aux victimes, gendarmes du PSIG, mais également les réservistes opérationnels du 515e Régiment du Train (515e RT) ainsi que des réservistes citoyens de la Délégation Militaire Départementale (DMD). Clou de la manifestation : la présence de l’Armée de l’Air avec le cockpit d’un SEPECAT Jaguar amené de la BA 709 de Cognac-Châteaubernard, et qui a rencontré un franc succès auprès des plus jeunes.

Le regroupement, le temps d’une après-midi, de cette grande diversité d’acteurs de la sécurité au quotidien permettait au grand public de se faire une idée des enjeux sécuritaires actuels : scènes d’interpellation, interventions de chiens policiers et de la sécurité civile, reconstitution d’une scène de crime par la police scientifique, désincarcération d’un véhicule accidenté, présentation de nombreux matériels allant d’un drone utilisé par les pompiers à un camion citerne Scania de l’Armée de Terre…

Les échanges directs avec ces acteurs de terrain n’étaient pas non plus inintéressants. Ainsi, au-delà de la présentation d’un « lot effraction », un gendarme du PSIG reconnait que de nos jours la moindre intervention nécessite une protection balistique élevée, indice de l’augmentation des armes à feu au sein de la population et d’une élévation du niveau de violence. Quant aux policiers municipaux d’Angoulême, désormais armés, ils ne sont que 21 dans une ville de plus de 42 000 habitants où les affaires liées à la drogue ne cessent d’augmenter…

Par leur présence, les militaires et plus particulièrement les réservistes opérationnels du 6e escadron du 515e RT ont rappelé à leurs concitoyens l’omniprésence de la menace terroriste ; combien l’Armée était désormais impliquée dans la sécurité intérieure du pays. Il n’est ainsi pas inutile de rappeler que ce sont des militaires réservistes qui ont abattu Zied BEN BELGALCEM à Orly le 18 mars 2017, et Ahmed HANACHI à Marseille le 1er octobre 2017.

Aux côtés de leurs camarades de la réserve opérationnelle, Laure BOURGADE, Patrick LANDONSKI, Jean RENIER, Rodolphe BERNARD et Nghia NGUYEN, réservistes citoyens, étaient également présents pour expliquer au public, comme aux journalistes, l’Esprit de défense qui animait ces Rencontres de la Sécurité.

 

 

Scène de crime

Porteur polyvalent logistique du 515e RT (source - Préfecture de la Charente)

Interpellation (source - Préfecture de la Charente)

Le Préfet Pierre N’GAHANE (source - Préfecture de la Charente)

Réservistes citoyens et opérationnels

 

D’abord initiées sous l’appellation de « Journées de la Sécurité Intérieure », les « Rencontres de la Sécurité » constituent une initiative du Ministère de l’Intérieur (MININT) destinée à faire connaître et à rapprocher les Forces de Sécurité Intérieure (FSI) de la population. Manifestation publique annuelle, ces rencontres se déroulent au mois d’octobre, et sont confiées pour leur organisation à chaque préfecture de département.

Pour l’année 2017, les Rencontres de la Sécurité se sont déroulées du 11 au 14 octobre, s’achevant au moment où débutaient les [assises de la Réserve militaire (JNR 2017)->http://www.education-defense.fr/spip.php?article285] le 13 octobre. Cette coïncidence n’est pas un hasard : le 13 octobre 2017 marquant le premier anniversaire de la Garde nationale. Instituée dans un contexte d’attentats terroristes de grande ampleur, cette dernière a pour vocation de rassembler les réserves opérationnelles des armées et des FSI.

Il n’était donc pas étonnant de retrouver, ce samedi 14 octobre sur la place du Champ de Mars d’Angoulême, bénévoles de la sécurité civile, sapeurs pompiers, policiers nationaux et municipaux, agents de l’administration pénitentiaire, association d’aide aux victimes, gendarmes du PSIG, mais également les réservistes opérationnels du 515e Régiment du Train (515e RT) ainsi que des réservistes citoyens de la Délégation Militaire Départementale (DMD). Clou de la manifestation : la présence de l’Armée de l’Air avec le cockpit d’un SEPECAT Jaguar amené de la BA 709 de Cognac-Châteaubernard, et qui a rencontré un franc succès auprès des plus jeunes.

Le regroupement, le temps d’une après-midi, de cette grande diversité d’acteurs de la sécurité au quotidien permettait au grand public de se faire une idée des enjeux sécuritaires actuels : scènes d’interpellation, interventions de chiens policiers et de la sécurité civile, reconstitution d’une scène de crime par la police scientifique, désincarcération d’un véhicule accidenté, présentation de nombreux matériels allant d’un drone utilisé par les pompiers à un camion citerne Scania de l’Armée de Terre…

Les échanges directs avec ces acteurs de terrain n’étaient pas non plus inintéressants. Ainsi, au-delà de la présentation d’un « lot effraction », un gendarme du PSIG reconnait que de nos jours la moindre intervention nécessite une protection balistique élevée, indice de l’augmentation des armes à feu au sein de la population et d’une élévation du niveau de violence. Quant aux policiers municipaux d’Angoulême, désormais armés, ils ne sont que 21 dans une ville de plus de 42 000 habitants où les affaires liées à la drogue ne cessent d’augmenter…

Par leur présence, les militaires et plus particulièrement les réservistes opérationnels du 6e escadron du 515e RT ont rappelé à leurs concitoyens l’omniprésence de la menace terroriste ; combien l’Armée était désormais impliquée dans la sécurité intérieure du pays. Il n’est ainsi pas inutile de rappeler que ce sont des militaires réservistes qui ont abattu Zied BEN BELGALCEM à Orly le 18 mars 2017, et Ahmed HANACHI à Marseille le 1er octobre 2017.

Aux côtés de leurs camarades de la réserve opérationnelle, Laure BOURGADE, le Commandant (H) Patrick LANDONSKI, le LJean RENIER, Rodolphe BERNARD et Nghia NGUYEN, réservistes citoyens, étaient également présents pour expliquer au public, comme aux journalistes, l’Esprit de défense qui animait ces Rencontres de la Sécurité.

 

 

Scène de crime

Porteur polyvalent logistique du 515e RT (source - Préfecture de la Charente)

Interpellation (source - Préfecture de la Charente)

Le Préfet Pierre N’GAHANE (source - Préfecture de la Charente)

Réservistes citoyens et opérationnels

 

D’abord initiées sous l’appellation de « Journées de la Sécurité Intérieure », les « Rencontres de la Sécurité » constituent une initiative du Ministère de l’Intérieur (MININT) destinée à faire connaître et à rapprocher les Forces de Sécurité Intérieure (FSI) de la population. Manifestation publique annuelle, ces rencontres se déroulent au mois d’octobre, et sont confiées pour leur organisation à chaque préfecture de département.

Pour l’année 2017, les Rencontres de la Sécurité se sont déroulées du 11 au 14 octobre, s’achevant au moment où débutaient les [assises de la Réserve militaire (JNR 2017)->http://www.education-defense.fr/spip.php?article285] le 13 octobre. Cette coïncidence n’est pas un hasard : le 13 octobre 2017 marquant le premier anniversaire de la Garde nationale. Instituée dans un contexte d’attentats terroristes de grande ampleur, cette dernière a pour vocation de rassembler les réserves opérationnelles des armées et des FSI.

Il n’était donc pas étonnant de retrouver, ce samedi 14 octobre sur la place du Champ de Mars d’Angoulême, bénévoles de la sécurité civile, sapeurs pompiers, policiers nationaux et municipaux, agents de l’administration pénitentiaire, association d’aide aux victimes, gendarmes du PSIG, mais également les réservistes opérationnels du 515e Régiment du Train (515e RT) ainsi que des réservistes citoyens de la Délégation Militaire Départementale (DMD). Clou de la manifestation : la présence de l’Armée de l’Air avec le cockpit d’un SEPECAT Jaguar amené de la BA 709 de Cognac-Châteaubernard, et qui a rencontré un franc succès auprès des plus jeunes.

Le regroupement, le temps d’une après-midi, de cette grande diversité d’acteurs de la sécurité au quotidien permettait au grand public de se faire une idée des enjeux sécuritaires actuels : scènes d’interpellation, interventions de chiens policiers et de la sécurité civile, reconstitution d’une scène de crime par la police scientifique, désincarcération d’un véhicule accidenté, présentation de nombreux matériels allant d’un drone utilisé par les pompiers à un camion citerne Scania de l’Armée de Terre…

Les échanges directs avec ces acteurs de terrain n’étaient pas non plus inintéressants. Ainsi, au-delà de la présentation d’un « lot effraction », un gendarme du PSIG reconnait que de nos jours la moindre intervention nécessite une protection balistique élevée, indice de l’augmentation des armes à feu au sein de la population et d’une élévation du niveau de violence. Quant aux policiers municipaux d’Angoulême, désormais armés, ils ne sont que 21 dans une ville de plus de 42 000 habitants où les affaires liées à la drogue ne cessent d’augmenter…

Par leur présence, les militaires et plus particulièrement les réservistes opérationnels du 6e escadron du 515e RT ont rappelé à leurs concitoyens l’omniprésence de la menace terroriste ; combien l’Armée était désormais impliquée dans la sécurité intérieure du pays. Il n’est ainsi pas inutile de rappeler que ce sont des militaires réservistes qui ont abattu Zied BEN BELGALCEM à Orly le 18 mars 2017, et Ahmed HANACHI à Marseille le 1er octobre 2017.

Aux côtés de leurs camarades de la réserve opérationnelle, Laure BOURGADE, Patrick LANDONSKI, Jean RENIER, Rodolphe BERNARD et Nghia NGUYEN, réservistes citoyens, étaient également présents pour expliquer au public, comme aux journalistes, l’Esprit de défense qui animait ces Rencontres de la Sécurité.

 

 

Scène de crime

Porteur polyvalent logistique du 515e RT (source - Préfecture de la Charente)

Interpellation (source - Préfecture de la Charente)

Le Préfet Pierre N’GAHANE (source - Préfecture de la Charente)

Réservistes citoyens et opérationnels

 

D’abord initiées sous l’appellation de « Journées de la Sécurité Intérieure », les « Rencontres de la Sécurité » constituent une initiative du Ministère de l’Intérieur (MININT) destinée à faire connaître et à rapprocher les Forces de Sécurité Intérieure (FSI) de la population. Manifestation publique annuelle, ces rencontres se déroulent au mois d’octobre, et sont confiées pour leur organisation à chaque préfecture de département.

Pour l’année 2017, les Rencontres de la Sécurité se sont déroulées du 11 au 14 octobre, s’achevant au moment où débutaient les [assises de la Réserve militaire (JNR 2017)->http://www.education-defense.fr/spip.php?article285] le 13 octobre. Cette coïncidence n’est pas un hasard : le 13 octobre 2017 marquant le premier anniversaire de la Garde nationale. Instituée dans un contexte d’attentats terroristes de grande ampleur, cette dernière a pour vocation de rassembler les réserves opérationnelles des armées et des FSI.

Il n’était donc pas étonnant de retrouver, ce samedi 14 octobre sur la place du Champ de Mars d’Angoulême, bénévoles de la sécurité civile, sapeurs pompiers, policiers nationaux et municipaux, agents de l’administration pénitentiaire, association d’aide aux victimes, gendarmes du PSIG, mais également les réservistes opérationnels du 515e Régiment du Train (515e RT) ainsi que des réservistes citoyens de la Délégation Militaire Départementale (DMD). Clou de la manifestation : la présence de l’Armée de l’Air avec le cockpit d’un SEPECAT Jaguar amené de la BA 709 de Cognac-Châteaubernard, et qui a rencontré un franc succès auprès des plus jeunes.

Le regroupement, le temps d’une après-midi, de cette grande diversité d’acteurs de la sécurité au quotidien permettait au grand public de se faire une idée des enjeux sécuritaires actuels : scènes d’interpellation, interventions de chiens policiers et de la sécurité civile, reconstitution d’une scène de crime par la police scientifique, désincarcération d’un véhicule accidenté, présentation de nombreux matériels allant d’un drone utilisé par les pompiers à un camion citerne Scania de l’Armée de Terre…

Les échanges directs avec ces acteurs de terrain n’étaient pas non plus inintéressants. Ainsi, au-delà de la présentation d’un « lot effraction », un gendarme du PSIG reconnait que de nos jours la moindre intervention nécessite une protection balistique élevée, indice de l’augmentation des armes à feu au sein de la population et d’une élévation du niveau de violence. Quant aux policiers municipaux d’Angoulême, désormais armés, ils ne sont que 21 dans une ville de plus de 42 000 habitants où les affaires liées à la drogue ne cessent d’augmenter…

Par leur présence, les militaires et plus particulièrement les réservistes opérationnels du 6e escadron du 515e RT ont rappelé à leurs concitoyens l’omniprésence de la menace terroriste ; combien l’Armée était désormais impliquée dans la sécurité intérieure du pays. Il n’est ainsi pas inutile de rappeler que ce sont des militaires réservistes qui ont abattu Zied BEN BELGALCEM à Orly le 18 mars 2017, et Ahmed HANACHI à Marseille le 1er octobre 2017.

Aux côtés de leurs camarades de la réserve opérationnelle, Laure BOURGADE, le Commandant (H) Patrick LANDONSKI, le LieJean RENIER, Rodolphe BERNARD et Nghia NGUYEN, réservistes citoyens, étaient également présents pour expliquer au public, comme aux journalistes, l’Esprit de défense qui animait ces Rencontres de la Sécurité.

 

 

Scène de crime

Porteur polyvalent logistique du 515e RT (source - Préfecture de la Charente)

Interpellation (source - Préfecture de la Charente)

Le Préfet Pierre N’GAHANE (source - Préfecture de la Charente)

Réservistes citoyens et opérationnels

 

D’abord initiées sous l’appellation de « Journées de la Sécurité Intérieure », les « Rencontres de la Sécurité » constituent une initiative du Ministère de l’Intérieur (MININT) destinée à faire connaître et à rapprocher les Forces de Sécurité Intérieure (FSI) de la population. Manifestation publique annuelle, ces rencontres se déroulent au mois d’octobre, et sont confiées pour leur organisation à chaque préfecture de département.

Pour l’année 2017, les Rencontres de la Sécurité se sont déroulées du 11 au 14 octobre, s’achevant au moment où débutaient les [assises de la Réserve militaire (JNR 2017)->http://www.education-defense.fr/spip.php?article285] le 13 octobre. Cette coïncidence n’est pas un hasard : le 13 octobre 2017 marquant le premier anniversaire de la Garde nationale. Instituée dans un contexte d’attentats terroristes de grande ampleur, cette dernière a pour vocation de rassembler les réserves opérationnelles des armées et des FSI.

Il n’était donc pas étonnant de retrouver, ce samedi 14 octobre sur la place du Champ de Mars d’Angoulême, bénévoles de la sécurité civile, sapeurs pompiers, policiers nationaux et municipaux, agents de l’administration pénitentiaire, association d’aide aux victimes, gendarmes du PSIG, mais également les réservistes opérationnels du 515e Régiment du Train (515e RT) ainsi que des réservistes citoyens de la Délégation Militaire Départementale (DMD). Clou de la manifestation : la présence de l’Armée de l’Air avec le cockpit d’un SEPECAT Jaguar amené de la BA 709 de Cognac-Châteaubernard, et qui a rencontré un franc succès auprès des plus jeunes.

Le regroupement, le temps d’une après-midi, de cette grande diversité d’acteurs de la sécurité au quotidien permettait au grand public de se faire une idée des enjeux sécuritaires actuels : scènes d’interpellation, interventions de chiens policiers et de la sécurité civile, reconstitution d’une scène de crime par la police scientifique, désincarcération d’un véhicule accidenté, présentation de nombreux matériels allant d’un drone utilisé par les pompiers à un camion citerne Scania de l’Armée de Terre…

Les échanges directs avec ces acteurs de terrain n’étaient pas non plus inintéressants. Ainsi, au-delà de la présentation d’un « lot effraction », un gendarme du PSIG reconnait que de nos jours la moindre intervention nécessite une protection balistique élevée, indice de l’augmentation des armes à feu au sein de la population et d’une élévation du niveau de violence. Quant aux policiers municipaux d’Angoulême, désormais armés, ils ne sont que 21 dans une ville de plus de 42 000 habitants où les affaires liées à la drogue ne cessent d’augmenter…

Par leur présence, les militaires et plus particulièrement les réservistes opérationnels du 6e escadron du 515e RT ont rappelé à leurs concitoyens l’omniprésence de la menace terroriste ; combien l’Armée était désormais impliquée dans la sécurité intérieure du pays. Il n’est ainsi pas inutile de rappeler que ce sont des militaires réservistes qui ont abattu Zied BEN BELGALCEM à Orly le 18 mars 2017, et Ahmed HANACHI à Marseille le 1er octobre 2017.

Aux côtés de leurs camarades de la réserve opérationnelle, Laure BOURGADE, Patrick LANDONSKI, Jean RENIER, Rodolphe BERNARD et Nghia NGUYEN, réservistes citoyens, étaient également présents pour expliquer au public, comme aux journalistes, l’Esprit de défense qui animait ces Rencontres de la Sécurité.

 

 

Scène de crime

Porteur polyvalent logistique du 515e RT (source - Préfecture de la Charente)

Interpellation (source - Préfecture de la Charente)

Le Préfet Pierre N’GAHANE (source - Préfecture de la Charente)

Réservistes citoyens et opérationnels

 

D’abord initiées sous l’appellation de « Journées de la Sécurité Intérieure », les « Rencontres de la Sécurité » constituent une initiative du Ministère de l’Intérieur (MININT) destinée à faire connaître et à rapprocher les Forces de Sécurité Intérieure (FSI) de la population. Manifestation publique annuelle, ces rencontres se déroulent au mois d’octobre, et sont confiées pour leur organisation à chaque préfecture de département.

Pour l’année 2017, les Rencontres de la Sécurité se sont déroulées du 11 au 14 octobre, s’achevant au moment où débutaient les [assises de la Réserve militaire (JNR 2017)->http://www.education-defense.fr/spip.php?article285] le 13 octobre. Cette coïncidence n’est pas un hasard : le 13 octobre 2017 marquant le premier anniversaire de la Garde nationale. Instituée dans un contexte d’attentats terroristes de grande ampleur, cette dernière a pour vocation de rassembler les réserves opérationnelles des armées et des FSI.

Il n’était donc pas étonnant de retrouver, ce samedi 14 octobre sur la place du Champ de Mars d’Angoulême, bénévoles de la sécurité civile, sapeurs pompiers, policiers nationaux et municipaux, agents de l’administration pénitentiaire, association d’aide aux victimes, gendarmes du PSIG, mais également les réservistes opérationnels du 515e Régiment du Train (515e RT) ainsi que des réservistes citoyens de la Délégation Militaire Départementale (DMD). Clou de la manifestation : la présence de l’Armée de l’Air avec le cockpit d’un SEPECAT Jaguar amené de la BA 709 de Cognac-Châteaubernard, et qui a rencontré un franc succès auprès des plus jeunes.

Le regroupement, le temps d’une après-midi, de cette grande diversité d’acteurs de la sécurité au quotidien permettait au grand public de se faire une idée des enjeux sécuritaires actuels : scènes d’interpellation, interventions de chiens policiers et de la sécurité civile, reconstitution d’une scène de crime par la police scientifique, désincarcération d’un véhicule accidenté, présentation de nombreux matériels allant d’un drone utilisé par les pompiers à un camion citerne Scania de l’Armée de Terre…

Les échanges directs avec ces acteurs de terrain n’étaient pas non plus inintéressants. Ainsi, au-delà de la présentation d’un « lot effraction », un gendarme du PSIG reconnait que de nos jours la moindre intervention nécessite une protection balistique élevée, indice de l’augmentation des armes à feu au sein de la population et d’une élévation du niveau de violence. Quant aux policiers municipaux d’Angoulême, désormais armés, ils ne sont que 21 dans une ville de plus de 42 000 habitants où les affaires liées à la drogue ne cessent d’augmenter…

Par leur présence, les militaires et plus particulièrement les réservistes opérationnels du 6e escadron du 515e RT ont rappelé à leurs concitoyens l’omniprésence de la menace terroriste ; combien l’Armée était désormais impliquée dans la sécurité intérieure du pays. Il n’est ainsi pas inutile de rappeler que ce sont des militaires réservistes qui ont abattu Zied BEN BELGALCEM à Orly le 18 mars 2017, et Ahmed HANACHI à Marseille le 1er octobre 2017.

Aux côtés de leurs camarades de la réserve opérationnelle, Laure BOURGADE, le Commandant (H) Patrick LANDONSKI, le LJean RENIER, Rodolphe BERNARD et Nghia NGUYEN, réservistes citoyens, étaient également présents pour expliquer au public, comme aux journalistes, l’Esprit de défense qui animait ces Rencontres de la Sécurité.

 

 

Scène de crime

Porteur polyvalent logistique du 515e RT (source - Préfecture de la Charente)

Interpellation (source - Préfecture de la Charente)

Le Préfet Pierre N’GAHANE (source - Préfecture de la Charente)

Réservistes citoyens et opérationnels

 

D’abord initiées sous l’appellation de « Journées de la Sécurité Intérieure », les « Rencontres de la Sécurité » constituent une initiative du Ministère de l’Intérieur (MININT) destinée à faire connaître et à rapprocher les Forces de Sécurité Intérieure (FSI) de la population. Manifestation publique annuelle, ces rencontres se déroulent au mois d’octobre, et sont confiées pour leur organisation à chaque préfecture de département.

Pour l’année 2017, les Rencontres de la Sécurité se sont déroulées du 11 au 14 octobre, s’achevant au moment où débutaient les [assises de la Réserve militaire (JNR 2017)->http://www.education-defense.fr/spip.php?article285] le 13 octobre. Cette coïncidence n’est pas un hasard : le 13 octobre 2017 marquant le premier anniversaire de la Garde nationale. Instituée dans un contexte d’attentats terroristes de grande ampleur, cette dernière a pour vocation de rassembler les réserves opérationnelles des armées et des FSI.

Il n’était donc pas étonnant de retrouver, ce samedi 14 octobre sur la place du Champ de Mars d’Angoulême, bénévoles de la sécurité civile, sapeurs pompiers, policiers nationaux et municipaux, agents de l’administration pénitentiaire, association d’aide aux victimes, gendarmes du PSIG, mais également les réservistes opérationnels du 515e Régiment du Train (515e RT) ainsi que des réservistes citoyens de la Délégation Militaire Départementale (DMD). Clou de la manifestation : la présence de l’Armée de l’Air avec le cockpit d’un SEPECAT Jaguar amené de la BA 709 de Cognac-Châteaubernard, et qui a rencontré un franc succès auprès des plus jeunes.

Le regroupement, le temps d’une après-midi, de cette grande diversité d’acteurs de la sécurité au quotidien permettait au grand public de se faire une idée des enjeux sécuritaires actuels : scènes d’interpellation, interventions de chiens policiers et de la sécurité civile, reconstitution d’une scène de crime par la police scientifique, désincarcération d’un véhicule accidenté, présentation de nombreux matériels allant d’un drone utilisé par les pompiers à un camion citerne Scania de l’Armée de Terre…

Les échanges directs avec ces acteurs de terrain n’étaient pas non plus inintéressants. Ainsi, au-delà de la présentation d’un « lot effraction », un gendarme du PSIG reconnait que de nos jours la moindre intervention nécessite une protection balistique élevée, indice de l’augmentation des armes à feu au sein de la population et d’une élévation du niveau de violence. Quant aux policiers municipaux d’Angoulême, désormais armés, ils ne sont que 21 dans une ville de plus de 42 000 habitants où les affaires liées à la drogue ne cessent d’augmenter…

Par leur présence, les militaires et plus particulièrement les réservistes opérationnels du 6e escadron du 515e RT ont rappelé à leurs concitoyens l’omniprésence de la menace terroriste ; combien l’Armée était désormais impliquée dans la sécurité intérieure du pays. Il n’est ainsi pas inutile de rappeler que ce sont des militaires réservistes qui ont abattu Zied BEN BELGALCEM à Orly le 18 mars 2017, et Ahmed HANACHI à Marseille le 1er octobre 2017.

Aux côtés de leurs camarades de la réserve opérationnelle, Laure BOURGADE, Patrick LANDONSKI, Jean RENIER, Rodolphe BERNARD et Nghia NGUYEN, réservistes citoyens, étaient également présents pour expliquer au public, comme aux journalistes, l’Esprit de défense qui animait ces Rencontres de la Sécurité.

 

 

Scène de crime

Porteur polyvalent logistique du 515e RT (source - Préfecture de la Charente)

Interpellation (source - Préfecture de la Charente)

Le Préfet Pierre N’GAHANE (source - Préfecture de la Charente)

Réservistes citoyens et opérationnels

 

D’abord initiées sous l’appellation de « Journées de la Sécurité Intérieure », les « Rencontres de la Sécurité » constituent une initiative du Ministère de l’Intérieur (MININT) destinée à faire connaître et à rapprocher les Forces de Sécurité Intérieure (FSI) de la population. Manifestation publique annuelle, ces rencontres se déroulent au mois d’octobre, et sont confiées pour leur organisation à chaque préfecture de département.

Pour l’année 2017, les Rencontres de la Sécurité se sont déroulées du 11 au 14 octobre, s’achevant au moment où débutaient les [assises de la Réserve militaire (JNR 2017)->http://www.education-defense.fr/spip.php?article285] le 13 octobre. Cette coïncidence n’est pas un hasard : le 13 octobre 2017 marquant le premier anniversaire de la Garde nationale. Instituée dans un contexte d’attentats terroristes de grande ampleur, cette dernière a pour vocation de rassembler les réserves opérationnelles des armées et des FSI.

Il n’était donc pas étonnant de retrouver, ce samedi 14 octobre sur la place du Champ de Mars d’Angoulême, bénévoles de la sécurité civile, sapeurs pompiers, policiers nationaux et municipaux, agents de l’administration pénitentiaire, association d’aide aux victimes, gendarmes du PSIG, mais également les réservistes opérationnels du 515e Régiment du Train (515e RT) ainsi que des réservistes citoyens de la Délégation Militaire Départementale (DMD). Clou de la manifestation : la présence de l’Armée de l’Air avec le cockpit d’un SEPECAT Jaguar amené de la BA 709 de Cognac-Châteaubernard, et qui a rencontré un franc succès auprès des plus jeunes.

Le regroupement, le temps d’une après-midi, de cette grande diversité d’acteurs de la sécurité au quotidien permettait au grand public de se faire une idée des enjeux sécuritaires actuels : scènes d’interpellation, interventions de chiens policiers et de la sécurité civile, reconstitution d’une scène de crime par la police scientifique, désincarcération d’un véhicule accidenté, présentation de nombreux matériels allant d’un drone utilisé par les pompiers à un camion citerne Scania de l’Armée de Terre…

Les échanges directs avec ces acteurs de terrain n’étaient pas non plus inintéressants. Ainsi, au-delà de la présentation d’un « lot effraction », un gendarme du PSIG reconnait que de nos jours la moindre intervention nécessite une protection balistique élevée, indice de l’augmentation des armes à feu au sein de la population et d’une élévation du niveau de violence. Quant aux policiers municipaux d’Angoulême, désormais armés, ils ne sont que 21 dans une ville de plus de 42 000 habitants où les affaires liées à la drogue ne cessent d’augmenter…

Par leur présence, les militaires et plus particulièrement les réservistes opérationnels du 6e escadron du 515e RT ont rappelé à leurs concitoyens l’omniprésence de la menace terroriste ; combien l’Armée était désormais impliquée dans la sécurité intérieure du pays. Il n’est ainsi pas inutile de rappeler que ce sont des militaires réservistes qui ont abattu Zied BEN BELGALCEM à Orly le 18 mars 2017, et Ahmed HANACHI à Marseille le 1er octobre 2017.

Aux côtés de leurs camarades de la réserve opérationnelle, Laure BOURGADE, le Commandant (H) Patrick LANDONSKI, le LiJean RENIER, Rodolphe BERNARD et Nghia NGUYEN, réservistes citoyens, étaient également présents pour expliquer au public, comme aux journalistes, l’Esprit de défense qui animait ces Rencontres de la Sécurité.

 

 

Scène de crime

Porteur polyvalent logistique du 515e RT (source - Préfecture de la Charente)

Interpellation (source - Préfecture de la Charente)

Le Préfet Pierre N’GAHANE (source - Préfecture de la Charente)

Réservistes citoyens et opérationnels

 

D’abord initiées sous l’appellation de « Journées de la Sécurité Intérieure », les « Rencontres de la Sécurité » constituent une initiative du Ministère de l’Intérieur (MININT) destinée à faire connaître et à rapprocher les Forces de Sécurité Intérieure (FSI) de la population. Manifestation publique annuelle, ces rencontres se déroulent au mois d’octobre, et sont confiées pour leur organisation à chaque préfecture de département.

Pour l’année 2017, les Rencontres de la Sécurité se sont déroulées du 11 au 14 octobre, s’achevant au moment où débutaient les [assises de la Réserve militaire (JNR 2017)->http://www.education-defense.fr/spip.php?article285] le 13 octobre. Cette coïncidence n’est pas un hasard : le 13 octobre 2017 marquant le premier anniversaire de la Garde nationale. Instituée dans un contexte d’attentats terroristes de grande ampleur, cette dernière a pour vocation de rassembler les réserves opérationnelles des armées et des FSI.

Il n’était donc pas étonnant de retrouver, ce samedi 14 octobre sur la place du Champ de Mars d’Angoulême, bénévoles de la sécurité civile, sapeurs pompiers, policiers nationaux et municipaux, agents de l’administration pénitentiaire, association d’aide aux victimes, gendarmes du PSIG, mais également les réservistes opérationnels du 515e Régiment du Train (515e RT) ainsi que des réservistes citoyens de la Délégation Militaire Départementale (DMD). Clou de la manifestation : la présence de l’Armée de l’Air avec le cockpit d’un SEPECAT Jaguar amené de la BA 709 de Cognac-Châteaubernard, et qui a rencontré un franc succès auprès des plus jeunes.

Le regroupement, le temps d’une après-midi, de cette grande diversité d’acteurs de la sécurité au quotidien permettait au grand public de se faire une idée des enjeux sécuritaires actuels : scènes d’interpellation, interventions de chiens policiers et de la sécurité civile, reconstitution d’une scène de crime par la police scientifique, désincarcération d’un véhicule accidenté, présentation de nombreux matériels allant d’un drone utilisé par les pompiers à un camion citerne Scania de l’Armée de Terre…

Les échanges directs avec ces acteurs de terrain n’étaient pas non plus inintéressants. Ainsi, au-delà de la présentation d’un « lot effraction », un gendarme du PSIG reconnait que de nos jours la moindre intervention nécessite une protection balistique élevée, indice de l’augmentation des armes à feu au sein de la population et d’une élévation du niveau de violence. Quant aux policiers municipaux d’Angoulême, désormais armés, ils ne sont que 21 dans une ville de plus de 42 000 habitants où les affaires liées à la drogue ne cessent d’augmenter…

Par leur présence, les militaires et plus particulièrement les réservistes opérationnels du 6e escadron du 515e RT ont rappelé à leurs concitoyens l’omniprésence de la menace terroriste ; combien l’Armée était désormais impliquée dans la sécurité intérieure du pays. Il n’est ainsi pas inutile de rappeler que ce sont des militaires réservistes qui ont abattu Zied BEN BELGALCEM à Orly le 18 mars 2017, et Ahmed HANACHI à Marseille le 1er octobre 2017.

Aux côtés de leurs camarades de la réserve opérationnelle, Laure BOURGADE, Patrick LANDONSKI, Jean RENIER, Rodolphe BERNARD et Nghia NGUYEN, réservistes citoyens, étaient également présents pour expliquer au public, comme aux journalistes, l’Esprit de défense qui animait ces Rencontres de la Sécurité.

 

 

Scène de crime

Porteur polyvalent logistique du 515e RT (source - Préfecture de la Charente)

Interpellation (source - Préfecture de la Charente)

Le Préfet Pierre N’GAHANE (source - Préfecture de la Charente)

Réservistes citoyens et opérationnels

 

D’abord initiées sous l’appellation de « Journées de la Sécurité Intérieure », les « Rencontres de la Sécurité » constituent une initiative du Ministère de l’Intérieur (MININT) destinée à faire connaître et à rapprocher les Forces de Sécurité Intérieure (FSI) de la population. Manifestation publique annuelle, ces rencontres se déroulent au mois d’octobre, et sont confiées pour leur organisation à chaque préfecture de département.

Pour l’année 2017, les Rencontres de la Sécurité se sont déroulées du 11 au 14 octobre, s’achevant au moment où débutaient les [assises de la Réserve militaire (JNR 2017)->http://www.education-defense.fr/spip.php?article285] le 13 octobre. Cette coïncidence n’est pas un hasard : le 13 octobre 2017 marquant le premier anniversaire de la Garde nationale. Instituée dans un contexte d’attentats terroristes de grande ampleur, cette dernière a pour vocation de rassembler les réserves opérationnelles des armées et des FSI.

Il n’était donc pas étonnant de retrouver, ce samedi 14 octobre sur la place du Champ de Mars d’Angoulême, bénévoles de la sécurité civile, sapeurs pompiers, policiers nationaux et municipaux, agents de l’administration pénitentiaire, association d’aide aux victimes, gendarmes du PSIG, mais également les réservistes opérationnels du 515e Régiment du Train (515e RT) ainsi que des réservistes citoyens de la Délégation Militaire Départementale (DMD). Clou de la manifestation : la présence de l’Armée de l’Air avec le cockpit d’un SEPECAT Jaguar amené de la BA 709 de Cognac-Châteaubernard, et qui a rencontré un franc succès auprès des plus jeunes.

Le regroupement, le temps d’une après-midi, de cette grande diversité d’acteurs de la sécurité au quotidien permettait au grand public de se faire une idée des enjeux sécuritaires actuels : scènes d’interpellation, interventions de chiens policiers et de la sécurité civile, reconstitution d’une scène de crime par la police scientifique, désincarcération d’un véhicule accidenté, présentation de nombreux matériels allant d’un drone utilisé par les pompiers à un camion citerne Scania de l’Armée de Terre…

Les échanges directs avec ces acteurs de terrain n’étaient pas non plus inintéressants. Ainsi, au-delà de la présentation d’un « lot effraction », un gendarme du PSIG reconnait que de nos jours la moindre intervention nécessite une protection balistique élevée, indice de l’augmentation des armes à feu au sein de la population et d’une élévation du niveau de violence. Quant aux policiers municipaux d’Angoulême, désormais armés, ils ne sont que 21 dans une ville de plus de 42 000 habitants où les affaires liées à la drogue ne cessent d’augmenter…

Par leur présence, les militaires et plus particulièrement les réservistes opérationnels du 6e escadron du 515e RT ont rappelé à leurs concitoyens l’omniprésence de la menace terroriste ; combien l’Armée était désormais impliquée dans la sécurité intérieure du pays. Il n’est ainsi pas inutile de rappeler que ce sont des militaires réservistes qui ont abattu Zied BEN BELGALCEM à Orly le 18 mars 2017, et Ahmed HANACHI à Marseille le 1er octobre 2017.

Aux côtés de leurs camarades de la réserve opérationnelle, Laure BOURGADE, le Commandant (H) Patrick LANDONSKI, le LJean RENIER, Rodolphe BERNARD et Nghia NGUYEN, réservistes citoyens, étaient également présents pour expliquer au public, comme aux journalistes, l’Esprit de défense qui animait ces Rencontres de la Sécurité.

 

 

Scène de crime

Porteur polyvalent logistique du 515e RT (source - Préfecture de la Charente)

Interpellation (source - Préfecture de la Charente)

Le Préfet Pierre N’GAHANE (source - Préfecture de la Charente)

Réservistes citoyens et opérationnels

 

D’abord initiées sous l’appellation de « Journées de la Sécurité Intérieure », les « Rencontres de la Sécurité » constituent une initiative du Ministère de l’Intérieur (MININT) destinée à faire connaître et à rapprocher les Forces de Sécurité Intérieure (FSI) de la population. Manifestation publique annuelle, ces rencontres se déroulent au mois d’octobre, et sont confiées pour leur organisation à chaque préfecture de département.

Pour l’année 2017, les Rencontres de la Sécurité se sont déroulées du 11 au 14 octobre, s’achevant au moment où débutaient les [assises de la Réserve militaire (JNR 2017)->http://www.education-defense.fr/spip.php?article285] le 13 octobre. Cette coïncidence n’est pas un hasard : le 13 octobre 2017 marquant le premier anniversaire de la Garde nationale. Instituée dans un contexte d’attentats terroristes de grande ampleur, cette dernière a pour vocation de rassembler les réserves opérationnelles des armées et des FSI.

Il n’était donc pas étonnant de retrouver, ce samedi 14 octobre sur la place du Champ de Mars d’Angoulême, bénévoles de la sécurité civile, sapeurs pompiers, policiers nationaux et municipaux, agents de l’administration pénitentiaire, association d’aide aux victimes, gendarmes du PSIG, mais également les réservistes opérationnels du 515e Régiment du Train (515e RT) ainsi que des réservistes citoyens de la Délégation Militaire Départementale (DMD). Clou de la manifestation : la présence de l’Armée de l’Air avec le cockpit d’un SEPECAT Jaguar amené de la BA 709 de Cognac-Châteaubernard, et qui a rencontré un franc succès auprès des plus jeunes.

Le regroupement, le temps d’une après-midi, de cette grande diversité d’acteurs de la sécurité au quotidien permettait au grand public de se faire une idée des enjeux sécuritaires actuels : scènes d’interpellation, interventions de chiens policiers et de la sécurité civile, reconstitution d’une scène de crime par la police scientifique, désincarcération d’un véhicule accidenté, présentation de nombreux matériels allant d’un drone utilisé par les pompiers à un camion citerne Scania de l’Armée de Terre…

Les échanges directs avec ces acteurs de terrain n’étaient pas non plus inintéressants. Ainsi, au-delà de la présentation d’un « lot effraction », un gendarme du PSIG reconnait que de nos jours la moindre intervention nécessite une protection balistique élevée, indice de l’augmentation des armes à feu au sein de la population et d’une élévation du niveau de violence. Quant aux policiers municipaux d’Angoulême, désormais armés, ils ne sont que 21 dans une ville de plus de 42 000 habitants où les affaires liées à la drogue ne cessent d’augmenter…

Par leur présence, les militaires et plus particulièrement les réservistes opérationnels du 6e escadron du 515e RT ont rappelé à leurs concitoyens l’omniprésence de la menace terroriste ; combien l’Armée était désormais impliquée dans la sécurité intérieure du pays. Il n’est ainsi pas inutile de rappeler que ce sont des militaires réservistes qui ont abattu Zied BEN BELGALCEM à Orly le 18 mars 2017, et Ahmed HANACHI à Marseille le 1er octobre 2017.

Aux côtés de leurs camarades de la réserve opérationnelle, Laure BOURGADE, Patrick LANDONSKI, Jean RENIER, Rodolphe BERNARD et Nghia NGUYEN, réservistes citoyens, étaient également présents pour expliquer au public, comme aux journalistes, l’Esprit de défense qui animait ces Rencontres de la Sécurité.

 

 

Scène de crime

Porteur polyvalent logistique du 515e RT (source - Préfecture de la Charente)

Interpellation (source - Préfecture de la Charente)

Le Préfet Pierre N’GAHANE (source - Préfecture de la Charente)

Réservistes citoyens et opérationnels

 


En passant par l’Histoire

Sites favoris



IHEDN


Garde nationale


Réserve citoyenne


CAJ


CAJ


Fondation pour l'École


Espérance banlieues

Espérance ruralités

Cap Jeunesse


pucePlan du site puceContact puce

RSS

2016-2019 © Éducation à la Défense et à la Sécurité nationale - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.60